Ce nom ne vous dit peut être pas grand-chose … Pourtant, vous avez sans doute entendu parler, dans les média, de la disparition d’un député bien connu – et apprécié – pour ses interventions remarquées à l’Assemblée Nationale. Auquel cas vous savez qui était Patrick ROY. Or, je n’ai appris qu’assez récemment qu’il était député, alors que je le connaissais depuis longtemps comme chanteur d’un groupe de rock que j’aime beaucoup : Mass Hystéria. J’ai d’ailleurs eu la chance de les voir en concert il y a quelques années et je peux vous dire que ça déménageait sec ! Juste comme j’aime. On retrouve d’ailleurs dans les textes de ce groupe la « patte » sociale de Patrick ROY, par exemple dans « Contradiction » :

« Ne cherche pas de limites ni de continuité

Dans mes pensées
De mes pensées, ce qui m’incombe, c’est qu’elles se fondent
Tel une sonde, à la recherche de réflexions qui me correspondent

Gagner la raison ! Je veux gagner la raison !
Je provoque la contradiction

J’ai su évoluer de façon empirique
Véritable glandeur actif, ouvrier de la musique
A tous les fougueux, les freaks :
« Bousculez sans rien casser, évitez les rixes! »

A moins de te trouver une vocation providentielle
De la vie, tiens-toi seulement à l’essentiel
« Change la soupe à la grimace en miel
Et le Q.I. en quotient émotionnel. »
Mes yeux ont des valises
Mes pensées ont des ailes !

Gagner la raison ! Je veux gagner la raison !
Je provoque la contradiction

Ne cherche pas de limites ni de continuité dans mes pensées
De mes pensées, ce qui m’incombe, c’est qu’elles se fondent
Tel une sonde, à la recherche de réflexions qui me correspondent. »

A voir et écouter ici :

Puis, la vie étant ce qu’elle est, Patrick ROY s’est lancé dans la politique, a été élu maire de Denain (très apprécié par ses administrés) puis député. Pas de droite, vous vous en doutez ! Non issu du sérail où l’on recrute les politiques de premier plan, il a pourtant su se faire une place et une notoriété dans les rangs de l’assemblée nationale, toujours en défendant la cause des gens – de plus en plus nombreux – qui souffrent dans ce pays. Lorsque le président de l’assemblée appelait « Madame le ministre de l’emploi », une forte voix lançait : « Et du chômage ! ». C’était lui…

La démocratie a besoin de telles voix, le rock aussi bien sûr… Mais voilà, le cancer est passé par là et Patrick ROY, au terme d’une lutte impitoyable, est parti rejoindre le paradis des types bien.

C’est une nouvelle fois l’occasion de vérifier un truc qui me turlupine depuis pas mal de temps : les gens « bien » ont tendance à claquer plus vite que les entrognés. Coluche, Desproges, Patrick ROY sont partis bien vite. D’Ornano, dont on vient d’apprendre le décès ces jours-ci, a par contre eu le temps de grever les comptes de sa Caisse de retraite. Bigeard, Massu et les autres aussi. Jean-Marie se porte bien, pour sa part, et Sarko fera sans doute un bon centenaire. Tout comme le grand Jacques qui, en dépit de quelques trous de mémoire, devrait consommer encore un bon moment de la tête de veau vinaigrette arrosée de Corona…

Bon, je dis ça mais il y a certainement pas mal de contre-exemples et je suis certainement de parti pris… Quand même, j’ai bien raison de ne pas être un type bien, on ne sait jamais ! C’est d’ailleurs ce que je dis régulièrement à ma femme…