Au dernières nouvelles, il semble que l’AGE soit reportée à plus tard, voire beaucoup plus tard. J’ai trouvé dans un premier temps, à chaud donc, que c’était une mauvaise nouvelle puis, la réflexion aidant, je me suis dit que c’était plutôt une bonne nouvelle. En effet, le calendrier prévu allait certes permettre d’examiner – enfin – la réforme des statuts, mais dans des conditions assez détestables, et ce pour deux raisons :

1) Les différents projets en compétition ne sont pas de bons projets car deux reprennent le système « fédératif » qui est pourtant à proscrire, et le troisième (association simple) n’a de simple que le nom. Ce troisième projet présente bien sûr quelques points positifs (dont le 1 om = 1 voix) mais reste finalement très proche du système très centralisateur actuel cher au cœur de ceux qui ne veulent rien changer. Surtout, ce projet d’association simple n’est pas aboutit et mériterait d’être travaillé un peu plus.

2) Les modalités d’organisation de cette AGE font qu’il est probable que le quorum ne sera pas atteint en première lecture, et qu’en deuxième lecture, une minorité de présents pourra voter pour un de ces trois projets pourtant non satisfaisants… Une adoption à l’arrache, donc, qui sauvera les apparences (z’avez vu, on l’a faite la réforme des statuts !) mais ne résoudra rien sur le fond.

Du coup, je pense qu’il est préférable de se donner un peu de temps (au point où on en est !) pour peaufiner un (ou plusieurs) projets dignes de ce nom, et organiser comme il convient une AGE afin que les « électeurs » puissent voter en connaissance de cause sur des projets aboutis.

Les axes de travail de cette réforme devront, à mon sens, s’appuyer sur les prés requis suivants :

– Une vraie association simple

– Un appui local fort avec des structures qui marchent bien et ont fait leurs preuves (en général les radio-clubs) plutôt que des ED qui alourdissent le système et ne font guère avancer le truc.

– Le droit de vote pour chaque membre / adhérent, notamment pour l’élection de ceux qui vont diriger le REF.

Inutile en effet d’éparpiller la réflexion sur des constructions intellectuellement  intéressantes mais ne correspondant ni aux vœux des radioamateurs dans leur grande majorité, ni aux problèmes que connaît le monde radioamateur.

Mister Jo a donc raison de différer cette AGE, et j’imagine qu’il n’a de toute façon pas envie d’associer son nom à une réforme foireuse. Surtout, l’affaire est trop importante pour la régler sur un coin de table entre la poire et le fromage.

La prochaine AG mettra sans doute une nouvelle équipe aux responsabilités : elle sait d’ores et déjà ce qu’elle devra faire, et surtout avec qui !