Les choses commencent à bouger du point de vue de la législation radioamateur et, bien sûr, certains ont ou vont avoir la tentation de se parer des plumes du paon…

De ce point de vue, j’aimerais bien que les choses soient claires une bonne fois pour toute : le déblocage de certains dossiers n’est à mon sens pas lié à l’initiative isolée d’un visionnaire, mais plutôt à la conjonction d’initiatives pas nécessairement coordonnées, mais efficaces dès lors qu’on les prend dans leur globalité.

Ainsi, le 50 Mhz et les modes numériques vont apparemment évoluer dans un avenir proche. Grâce à qui ? Et bien on peut lister les protagonistes de ce succès annoncé :

-Certains spécialistes des associations (URC, REF-u, DRAF…) qui ont bâti un dossier béton qui, dans son contenu, fait honneur aux radioamateurs. J’y note particulièrement la « patte » de Vincent (F5RCS) et de Jacques (F2MM) et je leur dit BRAVO sans aucune arrière pensée sarcastique.

-Aux associations représentatives (dont le REF-u qui, bien qu’empêtré dans ses problématiques internes, à su prendre le train en marche). Je n’oublie pas non plus l’URC qui travaille ses dossiers depuis pas mal de temps et nous démontre qu’une démarche « professionnelle » s’avère généralement payante.

-L’action Lobbying initiée par F6FRA : il faudrait être particulièrement naïf (ou de mauvaise foi) pour ne pas être troublé par le calendrier des négociations qui démarrent de façon assez précipitée – et dans un esprit d’ouverture de la tutelle assez inhabituel ! – concomitamment à cette action « politique » forte.

Bien sûr, rien n’est acquis mais il y a déjà un enseignement à tirer de ces évènements : lorsque les radioamateurs agissent de façon unitaire (sans esprit de chapelle donc), sur la base de dossiers solidement étayés et en actionnant le levier « politique », les possibilités d’être écoutés et entendus deviennent bien réelles.

Il ne faut certes pas vendre la peau de l’ours… Mais il me paraît légitime de penser que les choses évoluent dans le bon sens. Il faudra sans doute du temps – et de la vigilance – ce qui n’est guère inquiétant compte tenu de la – très – longue période de vacuité « négociatrice » que nous avons traversée ces dernières années.

Affaire à suive, en tout cas, tout en relativisant les velléités de ceux qui vont nous suggérer que si les choses avancent, c’est exclusivement grâce à eux…

Enfin, si ça leur fait plaisir…

A ce propos, lire l’excellent article de Guillaume F8ARR ICI