Cette affaire aura au moins eu le mérite de mettre en évidence la frilosité de nos élus qui, depuis l’affaire du sang contaminé, ont une trouille bleue de se retrouver à la barre d’un tribunal. Il n’y a pas qu’eux, d’ailleurs, les gens de Météo France appuyant de plus en plus facilement sur le bouton de l’alerte colorée histoire de se couvrir au cas où…

Bref, nous voilà avec une foultitude de vaccins, de masques et de Tamiflu dont on ne sait que faire et qui ont pourtant coûtés fort cher. Sans parler du battage médiatique en terme de pub qui a dû coûter la peau des fesses, les chaînes de télé ayant des tarifs prohibitifs notamment aux heures de grande écoute.

Bon, pour une fois, je ne critiquerai pas le gouvernement pour ses choix en la matière, mais plutôt ce sacro-saint principe de précaution qui est devenu la règle dans nos frileuses sociétés libérales avancées. D’autant que le principe de précaution permet aussi de dégager des profits monstrueux pour des industries qui n’en ont pas spécialement besoin.

Je suis tombé par hasard sur une lettre envoyée à la Ministre par un citoyen qui conclût ainsi son propos :

« J’espère qu’un député va se lancer dans le calcul global de cette immense gabegie. Remarquez, finalement, cette opération vous honore, puisque c’est dans cette pratique là, le gaspillage, que vous êtres le plus à l’aise. Il faut dire que votre agité de modèle, le gaspilleur en chef qui loge à l’Élysée, n’a vraiment rien à foutre des deniers des Français…

Madame, mais cela n’engage que moi, je considère que la pire des pollutions c’est la surpopulation. En plus, mais que faire, nous ne sommes pas sur terre, si on peut dire, pour nous éterniser, nous ne faisons, d’accord ou pas, que passer. Alors, un peu plus tôt, un peu plus tard, il nous faudra bien aller voir ailleurs si dans le trépas les soins sont mieux organisés et, là j’en suis sûr, coutent bien moins cher à réaliser…

D’accord, il peut paraître regrettable de s’en aller trop tôt, la mort d’un enfant, d’un adolescent est toujours une immense perte, un gâchis insupportable pour qui lui survit. Mais, dans le monde, toutes les quatre secondes une personne meurt de faim et/ou de soif, ce qui représente par jour 21 600 personnes qui décèdent de cette incapacité que nous avons à leur donner un minimum pour subsister. Or, au 11 décembre 2009, selon les sources de l’OMS, c’est moins de 10 000 personnes qui, de part le monde, sont décédés de ce virus que vous nous présentez comme l’Alien de l’année. Je vous laisse le soin de comparer ce qui est vraiment pour l’humanité, une calamité…

Vous me dites, puisque personnellement vous m’écrivez, que votre devise c’est : Les gestes de chacun font la santé de tous !!!

Alors, et tant pis pour votre morale à six sous, la mienne est : Plutôt crever que de me faire vacciner !!!

Soyez sûre, Madame la Ministre de la Santé et des Sports, que je vais prendre le maximum d’énergie pour populariser cette lettre et dénoncer vos méfaits… »

Bon, le gars n’a pas l’air content… Ceci-dit, je trouve que le dessin ci-dessus illustre bien son propos. J’aime bien.

En attendant, l’institut de veille sanitaire vient de nous dire que l’épidémie est finie… au moment même où la ministre autorise les médecins libéraux à vacciner en cabinet. C’est ce qui s’appelle capituler en rase campagne car, si cette mesure (demandée par les médecins depuis des mois) avait été prise dès le départ, il n’y aurait pas eu tous ces couacs dans les centre de vaccination, ces honteuses files d’attente rappelant les consommateurs de l’ex-Union Soviétique devant les boulangeries. Beaucoup plus de gens auraient été vaccinés et le stock serait aujourd’hui bien moindre. De plus, le gouvernement aurait pu in fine se pousser du col en disant : « Regardez, notre campagne de vaccination a été efficace car elle a enrayé l’épidémie ! ».

Mais bon, comme d’habitude, on a tout fait de travers. Comme je suis bon prince, je vais quand même donner une idée pour résorber les stocks : offrir 1 million de doses de vaccin pour chaque Rafale acheté. Là, je suis sûr que ça va le faire !