J’apprends qu’un groupe de travail ANTA / URC / REF-u / DRAF vient de se constituer pour, j’imagine, proposer des scenarii d’évolution de la réglementation amateur sur l’utilisation des modes numériques. Réglementation qui, en l’état actuel des choses, place les radioamateurs français dans le tiers monde technologique.

 

Je vois dans la constitution de ce groupe deux motifs de satisfaction :

 

1-Le regroupement d’associations souvent antagonistes dans le cadre d’un objectif commun. Bien sûr, on ne peut préjuger de ce qu’il ressortira de cette opération, chaque partenaire ayant une vision propre de ce qu’il conviendrait de faire, vision qui n’est peut être pas numérico-compatible avec celle des autres. La synthèse risque donc d’être aussi délicate à réaliser que celles du parti socialiste… Il ne faut pas non plus faire abstraction de la personnalité des « radioamateurs compétents » qui risquent de vouloir s’éblouir les uns les autres (style, « arrêtez de parler de ce que vous ne connaissez pas, je suis vachement plus compétent que vous ! »). J’imagine que toute divergence affichée fera le miel d’une tutelle réputée pour sa frilosité en la matière.

Je conseille donc à ce groupe de se mettre d’accord sur le plus petit dénominateur commun et de ne surtout pas se fixer pour objectif de tout régler en une seule fois. Cette façon de procéder aura pour mérite de réaliser plus facilement un socle commun clairement partagé, tout en habituant progressivement la tutelle aux changements nécessaires…

 

2-La FNRASEC n’est pas du voyage. Je porte d’ailleurs, et c’est notoire, un regard assez suspicieux sur les réelles motivations de cette structure qui n’a, à mon sens, pas grand-chose à voir avec le radioamateurisme, tout en manifestant un « appétit » hégémonique en la matière inquiétant. Aussi, si la réunion d’associations sur le thème des modes numériques obtient des résultats, on peut espérer que les dites associations – et d’autres – reproduiront la même démarche dans une stratégie plus globale visant à assurer un contre pouvoir sérieux aux visées des gyropharés.

 

Affaire à suivre, en tous cas !