Enfin, quand je dis bientôt, je ne sais pas exactement quand parce que ces histoires, je sais quand je les commence mais jamais quand je les finis… Des fois, ça peut coincer un bon moment…

Mais bon, j’avais une vague idée que j’ai commencé à coucher sur le papier – enfin, sous Word – et puis c’est parti dans tous les sens. Du coup, ce sera sans doute un peu plus volumineux que prévu puisque j’en ai déjà écrit une trentaine de pages et que je n’en suis sans doute qu’à la moitié. On verra bien…

De quoi ça parle ? Hummm… Du radioamateurisme bien sûr, un peu dans la veine de F7BVR . On va d’ailleurs retrouver Irène – F7YL -, la présidente de l’ANAR. Mais il y aura aussi deux autres associations, le ROA et la LAPS (faudra lire pour savoir ce que c’est !). On retrouvera  Hamonline, le site internet qui fait la pluie et le beau temps en Sambre Atlantique, puisqu’il jouera un rôle dans cette histoire. J’ai également « créé » quelques personnages pour l’occasion : un certain Raoul, roi de l’intrigue, Gertrude qui n’aime pas beaucoup Irène… Et puis Martial Kleber… Celui là, je l’aime bien, c’est même mon préféré…

Ha ! J’oubliais, il y aura aussi une apparition de l’Anarthon… Ben oui, une bonne idée dans la réalité peut l’être aussi dans la fiction.

Le titre ? J’ai repris celui de l’excellent roman de John Kennedy Toole : La conjuration des imbéciles.

Quelques copains m’ont demandé comment je faisais pour écrire ces petites histoires. Ma foi, je n’en sais trop rien… La seule constante, c’est que je connais tout de suite le début et la fin de l’histoire. Ce qu’il y a entre les deux se construit en l’écrivant, il n’y a rien de prémédité. C’est d’ailleurs pour ça que je ne sais jamais quand j’arriverai au bout.

Enfin, c’est surtout le côté – très – caricatural des choses qui me plait. Vous l’avez sans doute remarqué mais c’est comme pour les trains, on ne parle jamais de ceux qui arrivent à l’heure…

Tiens, pour les musicos qui me lisent : je viens enfin de réussir à jouer « Hyghway to hell » de ACDC… La ré sol… C’est incroyable ce qu’on arrive à faire juste avec ces trois petits accords… En attendant, Je suis content ! Mais pas le solo, je précise ! C’est Arno qui s’en chargera et, quand je le vois jouer, j’ai envie de laisser tomber la gratte et me mettre au triangle…

Pour en revenir au mini roman, je marquerai où j’en suis dans la page « en cours ».

Well, pas de Docteur House ce soir, il y avait un putain de match de foot à la noix. Ca m’a fortement contrarié car c’est à peu près le seul truc que je regarde à la télé. Docteur House, je veux dire… Donc, je suis contrarié, c’est le mot juste.

Bonne nuit les petits.