Vous trouverez ICI le dernier opus de notre ami Dan. Trois points méritent, semble-t-il attention. Tout d’abord les QSL qui sont, comme chacun sait, le facteur principal d’adhésion au REF-encore U pour de nombreux membres. Faut-il les faire payer ou pas ? Personnellement, j’espère une seule chose : que les QSL via le net (style e-qsl) soient prochainement acceptées pour la délivrance des diplômes. A partir de là, le problème des QSL « papier » n’en sera plus un et je dirai… tant mieux !

Ensuite, notre ami Dan esquisse l’embryon d’un projet de nouvelle association : en gros, celle des mécontents qui ne se retrouvent pas dans ce qui existe déjà… Le potentiel arthmétique existe, c’est vrai. Hélas, cent fois hélas, je crains fort que cela ne soit pas suffisant – j’ai souvent dit que le volume global de radioamateurs français est par trop insuffisant pour provoquer « naturellement » l’émergence d’une nouvelle association viable. Car si on retire de la base de 10.000 évaluée par Dan les frileux, ceux qui s’en foutent, ceux qui cotisent uniquement pour soutenir le REF-u alors qu’ils n’ont pas touché à un micro / manip depuis des décennies, ceux qui veulent juste leurs QSL, il reste quoi ? Pas grand chose, malheureusement ! Demandez donc aux gars de l’URC qui avaient appuyé leur « mue » assez réussie d’ailleurs sur une hypothèse de croissance des effectifs… Demandez donc à JN combien de gars ont adhéré à son association (le fait que ce chiffre ne soit pas claironné sur tous les toits donne je pense une amorce de réponse…)

Dan conclut sur un comparatif du nombre de radioamateurs cruellement bas en france au regard de nos principaux voisins. On le sait, amigo, ce n’est pas une découverte ! Par contre, personne n’est d’accord sur le pourquoi de la chose. A mon avis, trois raisons expliquent ce fait :

1) Une tutelle qui nous regrette toute avancée et qui sait que vu le nombre que nous représentons, elle aurait bien tort de nous faire des fleurs. La solution ? Les harceler comme cela a été le cas dans le cadre de l’opération lobbying.

2) Une association nationale qui est tellement peu démocratique qu’elle a joué jusqu’à présent un joli rôle de repoussoir. La solution ? La réforme du REF pour un fonctionnement plus démocratique.

3) Le vieux débat entre faire du nombre et faire de la qualité. Là, je n’ai pas vraiment de réponse mais bon, je suis convaincu que si on regardait de près ce qui se passe chez nos voisins, on se rendrait certainement compte que si il y a du nombre, la qualité n’est globalement pas plus au rendez-vous que chez nous… Bien sûr, notre maîtrise des langues étrangères (spécificité bien franchouillarde) ne nous permet pas de savourer comme il se devrait les QSO prostate DL, I, EA, G etc… et de nous entretenir du coup dans la douce illusion que ces gars sont vachement fortiches et parlent en ce moment même de l’influence de la mécanique ondulatoire sur la transmission du signal BF au travers des trous du micro équipé d’une pastille electret. Alors que Helmut est juste en train de dire à Herman qu’il a dégueulé sa choucroute toute la nuit parce que la saucisse n’était pas fraîche…

Enfin bon, je dis ça, je dis rien !