Semaine 10, toute vérité est-elle bonne à dire ?

Pour reprendre le commentaire d’un de nos contributeur : Super, enfin des idées, une vision saine et des réalités non voilées… Donc assez parlé du REF, avant l’AG nous reprendrons une synthèse des propositions.

D’ici là, recentrons et ouvrons le débat,      RADIOAMATEUR    ???   !!!   …

Dans les années 1925 et bien après, le radio amateurisme c’était de la technique car il fallait construire puis essayer, et ce fut l’utilisation de la graphie, de la phonie, …

En fait l’expérimentation, l’acquisition de connaissances scientifiques…

L’arrivée de nouveaux modes, de nouvelles bandes ont permis d’accueillir un grand nombre de personnes tout en les canalisant au sein d’une réglementation.

Aujourd’hui les possibilités d’activités sont multiples et chaque époque a apporté son lot de nouveautés … comme les liaisons satellites, les modes numériques, … en fait tout ce qui utilise des moyens de communications.

Malheureusement l’apprentissage, la formation, l’information n’ont pas suivi, pas plus que la représentation nationale des radios amateurs.

Une série de questions se pose :

Le nombre (d’amateurs) a t’il un rapport avec ‘la qualité’ ?

Evidemment non, tout vient de l’environnement, de la formation, et là il y a des lacunes. Pourtant les clubs sont là. Alors ? recrutement, publicité, enseignement, …

Là encore, le mail d’un contributeur : faisons avancer ensemble nos idées, nos positions, instruisons toujours à charge et à décharge …

La ou les associations sont-elles représentatives ?

Non, le sujet a déjà été évoqué mais il y a plus complexe : les adhérents font-ils vivre les associations ou plutôt les associations devraient-elles être au service des membres ! Aujourd’hui c’est le grand écart du à une dérive des objectifs et une mauvaise gestion.

La, les associations ont petit à petit perdu de vue leur raison d’être et se sont progressivement coupées du radio amateurisme.

Là encore la remarque d’un ‘cadre’ du REF : Quand il y a encore près de 15.000 RA et à peine 6.000 au REF, on doit s’interroger sur les causes profondes pour y remédier.

Mais pour maintenant, … pour demain … que veux t’on ?

Il faudrait définir les souhaits, les besoins, les objectifs, mais aussi les moyens.

Il y a quelque temps, certains avaient proposé des états généraux auxquels auraient participé les associations, les groupes, les clubs, les individus … cette idée n’a pas été suivie.

Pourquoi ne pas ouvrir le débat entre nous grâce à cette liste de diffusion, nous sommes suffisamment nombreux et en faire une synthèse à publier …  …

1)      L’examen.

Il est obligatoire par rapport à la législation internationale.

Il légitime et officialise cette activité.

Il doit être gradué pour laisser une porte d’entrée à tous, d’ou la nécessité d’une classe ‘novice’

2)      Les nouveaux radioamateurs.

Sensibilisation avec de la publicité, de la communication, de l’information.

Cibles : les jeunes, les moins jeunes, les ‘cibistes’ (qui connaissent déjà ce milieu) pépinière de ‘jeunes’ talents.

Toutes les personnes intéressées par la communication et l’aspect scientifique.

3)      La formation.

Individuelle et par les clubs, avec des moyens modernes et adaptés.

Des formations de formateurs, des conventions avec l’éducation nationale.

4)      Représentativité nationale.

Indispensable, charnière entre l’administration et l’individu.

Association(s) au service de tous dans l’intérêt de notre hobby.

Vitrine et efficacité (sans querelles de personnes).

5)      L’activité.

De la technique, du trafic, tous les modes … sans rentrer dans les détails, les expéditions, les contests …

En fait une ouverture sur tout ce qui concerne la ‘radio’ de près ou de loin en y incorporant le WEB, le spatial, …

A suivre …

PS envoyez vos commentaires pour enrichir le débat …

73. Dan.

Note de F6HQY : je souscris à cette idée d’états généraux qui a déjà été lancée il y a plusieurs mois par je crois nos amis du club du gyrophare… On pourrait appeler ça le « Grenelle du radioamateurisme » vu que c’est le terme à la mode ! Concrètement, c’est je pense au REF de lancer cette opération. L’ordre du jour serait de réfléchir aux grands problèmes de l’émission d’amateur sans se laisser polluer par les spécificités de chaque activité (certes légitimes) qui la compose. En d’autres termes, comment intéresser les jeunes et rajeunir la pyramide des ages, modes de concertations inter-associations, relations avec la tutelle, domaines où des avancées réglementaires sont indispensables, défense de notre activité dans un contexte de paranoïa lié à la polution par les ondes et à la polution visuelle, vecteurs de communication et d’information… Cela paraît très con à dire mais le vieux précepte qui dit « l’union fait la force » est plus que jamais d’actualité. D’ailleurs, il est évident que les petites associations très spécialisées ne pourront finalement prospérer que si le « terreau » de base est nouricier, ce qui n’est franchement pas le cas pour le moment.

Bien sûr, un tel Grenelle ne pourrait réussir que si chaque participant laissait son égo dans le tiroir de la table de nuit… Moi, ce qui me fait enrager, c’est que tous les ingrédients existent pour fabriquer une belle et bonne mayonnaise… mais tant que celui qui à les oeufs refuse de parler à celui qui à l’huile, qui lui même refuse de parler à celui qui a le bol, on reste avec un blanc de poulet bien tristounet.

Car il y a au REF, à l’URC, chez les gyropharés, dans les clubs, chez les hypéristes… tous les ingrédients en terme de moyens, d’audience et de compétence. Il ne faut pas non plus oublier les gestionnaires de sites touchant au radioamateurisme (concevoir une stratégie excluant les pros du Net serait suicidaire) qu’il conviendrait d’associer à ce grenelle (attention, je ne parle pas de ce blog qui reste une petite boutique artisanalle ouverte en fonction de la flemme du proprio !).

Quand je pense que tout ça ne se produira pas juste parce que « machin » déteste « truc » qui ne supporte pas « chose »…

Mais bon, on peut rêver un peu en ce début de dimanche fraîchissant…